Imprimer cet article Imprimer cet article

[Diaporama] Le Parti pris des objets

« On a oublié pourquoi Joan Fontaine se penche au bord de la falaise et qu’est-ce que Joel McCrea s’en allait faire en Hollande. On a oublié à propos de quoi Montgomery Clift garde un silence éternel et pourquoi Janet Leigh s’arrête au Bates Motel, et pourquoi Teresa Wright est encore amoureuse d’oncle Charlie. On a oublié de quoi Henry Fonda n’est pas entièrement coupable et pourquoi exactement le gouvernement américain engage Ingrid Bergman. Mais on se souvient d’un sac à main, mais on se souvient d’un autocar dans le désert, mais on se souvient d’un verre de lait, des ailes d’un moulin, d’une brosse à cheveux, mais on se souvient d’une rangée de bouteilles, d’une paire de lunettes, d’une partition de musique, d’un trousseau de clés. Parce qu’avec eux et à travers eux Alfred Hitchcock réussit là où échouèrent Alexandre, Jules César, Napoléon : prendre le contrôle de l’univers ». (Jean-Luc Godard)

Quoi de plus banal, quoi de plus omniprésent dans nos vies que les objets que nous côtoyons tous les jours et que nous investissons de toutes sortes de sentiments ? Et qui, au cinéma, s’attache vraiment à rendre compte de cela, comme ont pu le faire les poètes et les artistes ? Par-delà le drame, nous dit Godard, demeurent des souvenirs puissants qui imprègnent la mémoire du spectateur : des objets que le cinéma a rendus « visibles », en leur conférant un pouvoir sensible. C’est là que le documentaire prend parfois le relais de la fiction : mettre en avant la réalité qui nous entoure, explorer le monde, le découvrir et l’organiser pour communiquer une expérience de vie. Il relève alors un défi considérable : s’intéresser à nos vies, sur un plan communautaire ou bien intime, à partir de ce qui peut paraître petit, marginal, insignifiant.

Dix séances, composées d’une bonne quarantaine de films documentaires, fictionnels et expérimentaux permettront d’explorer cette multitude de thèmes (l’Histoire, l’amour, la récupération, la société de consommation, etc…) que les objets peuvent véhiculer. Des cinéastes célèbres ou inconnus nous accompagneront dans cette entreprise, de Jean-Daniel Pollet à Boris Lehman, de Jacques Rivette à Harun Farocki, de Hans Richter à Luc Moullet, en nous faisant découvrir des films réalisés entre 1908 et 2014.

Les lecteurs de Causes Toujours et les spectateurs de Filmer à tout prix pourront trouver dans ce dossier des images de films qui seront projetés pendant le festival, accompagnées de quelques exemples d’expositions dans lesquelles les objets, d’une manière ou d’une autre, jouent un rôle décisif. S’ensuit une sélection de textes littéraires et d’essais qui donnent un aperçu de la richesse d’inspiration et de l’intérêt que les objets ont suscité auprès des penseurs et des écrivains les plus divers du vingtième siècle.

Stefanie Bodien et Dario Marchiori