Oracle de papier, de me sentir plus léger

dejaer

Thématique

L’univers de Baudouin de Jaer, musique visuelle, « désenchainée », qui « se réfléchit elle-même, et qui réfléchit les autres genres, pour faire danse, théâtre, cinéma, roman, etc. » comme le cinéma de Godard.

Jean-Pierre Peuvion et Brigitte Foccroulle avec Marie-Ange Brecht et le clarinettiste Vincent Jacquemin lancent à Baudouin de Jaer une traversée du Tragic Circus au « salon mativa » ; la formule de base reste inchangée : événements visuels et sonores simultanés callés sur des durées précises et posés à des endroits précis; habitants du lieu et leurs proches impliqués ; discutant de DREN, composition de Basile Peuvion, surgit une photo de l’immolation d’un moine auquel s’associent les sons tibétains des bols de 1000 ans de la vie d’un oiseau ; le salon temple d’un jour et rêves de paix ; par associations d’idées spontanées, certaines à la demande de Jean-Pierre Peuvion – parler du concerto pour violon lucy, la journée se construit, les idées-flash se cristallisent : salon en caisson sonore, cuisine occultée, voyager 2 pour clarinette, ces éléments glissent inconsciemment de 88 à 2013.

Exploitation

L’objectif principal de cette réalisation est de traduire, de restituer l’évènement, l’acte poétique. Le documentaire sert à valoriser le travail artistique de Baudouin de Jaer et les démarches dites contemporaines. Mais aussi l’esprit de groupe, rassemblant une famille, des amis, des étudiants du Conservatoire.

Le documentaire est exploité au sein de théâtres, de centres d’art, de centres culturel, de musées, etc. Il a également été diffusé lors de conférences, d’interviews, à conserver comme archives, lors de moments spécifiques de projections en Belgique et à l’étranger (d’ailleurs, il est prévu de le sous-titrer en anglais).

Oracle de papier, de me sentir plus léger from GSARA (LIEGE) on Vimeo.